Gardons de bons rapports avec les propriétaires

un propriétaire mange ce qu'il veut
un propriétaire mange ce qu'il veut

Des propriétaires biens pourvus

Ce n’est pas vraiment un château, mais une belle demeure. Un des éléments vraiment remarquable est cet escalier monumental en pierres. Cette envolée de marches avec à mi-palier une sorte de petit boudoir tout à fait charmant. Je vous passe également la pièce de réception et sa cheminée permettant quasiment de cuire un bœuf à la broche en entier. Je doute que les propriétaires actuels l’ai réellement fait mais pour le petit seigneur du coin, les ripailles devaient aller bon train. Enfin, le parc lui-même vaut le détour. Pour commencer, nous sommes accueillis par une allée bordée d’une double rangée de chênes plus que centenaires. La suite est à l’avenant, des massifs et autres rocailles agrémentent l’ensemble.

Vendre son bien demande de la perspicacité

Ce bien est à la vente depuis plus d’un an déjà. Il y a beaucoup de demandes de renseignements mais les visites ne sont pas fréquentes. Pendant les six premiers mois, il était en vente partout. Bien entendu, passé l’euphorie du premier mois, la plupart des agences ont jeté l’éponge. Il l’ont conservé dans leur catalogue, c’est plutôt flatteur, mais plus de contact vendeur, ni un intérêt direct quelconque. Les propriétaires ayant écouté tout le monde, se sont alignés sur le plus « généreux » pour fixer leur prix. Vous comprenez qu’il est exorbitant et bien au-dessus du marché.

Le cycle de vente n’est pas constant

C’est ainsi que plusieurs agences disparurent leur mandat résilié. Pour ma part, je m’attache à garder un contact régulier avec mes clients, à la longue, la confiance s’installe. Chacun mûrit et, au bout d’un moment, cela fini par payer. Force est de constater que beaucoup trop de professionnels cherchent le retour sur investissement rapide et négligent le travail à long terme. Il faut reconnaître qu’une maison rentrée et vendue dans la semaine c’est agréable, cependant, dans notre belle province de Normandie, ce n’est pas une règle.

Des perspectives intéressantes

– Je comprends que vous commenciez à vous impatienter. Nous avons maintenant fêté l’anniversaire du mandat et rien de concret n’est arrivé.
– Les agences ont du mal à se bouger, vous avez l’opportunité de vendre un bien exceptionnel et de générer une grosse commission. Je pense aussi que c’est le montant de vos honoraires qui découragent les acquéreurs.
– Nous avons déjà eu cette discussion, comme vous le constatez, le fait de multiplier les intermédiaires pour commercialiser votre bien, plus personne ne se sent concerné. Les moyens mis en œuvre par chacun sont limités. Une jolie demeure comme la vôtre mérite mieux. Je vous ai expliqué les avantages de l’exclusivité et les actions supplémentaires entreprises pour aboutir.
– Nous en avons parlé avec mon épouse, nous sommes d’accord pour vous confier l’exclusivité, je vous taquinais. Nous avons même envisagé de réduire le prix de 30000 euros. Qu’en pensez-vous ?

Bienvenue chez les propriétaires

J’entre dans la cour et je gare mon véhicule près de la porte d’entrée. Le mandat exclusif est dans ma sacoche, je n’ai pas encore inscrit le prix. Mon objectif est d’obtenir 50000 euros de baisse, nous serons encore un peu chers mais ce sera jouable. L’homme m’accueille chaleureusement et m’entraîne jusqu’à la cuisine. Il est en train de préparer le déjeuner. Son épouse arrive et me salue également et entreprend aussitôt d’ouvrir un grand bocal de tomates. Des pâtes sont prêtes à cuire.
– Vous préparez des spaghettis bolognaises ?
– Comment ça des spaghettis bolognaises ? nous sommes Vegan, il n’est pas question pour nous de manger du cadavre d’animal !
– Excusez-moi, je l’ignorais.
– Je trouve honteux de s’empiffrer de charognes, d’élever des animaux à seule fin de les exécuter pour les cannibaliser derrière.
– Je comprends votre point de vue et je le respecte, si nous parlions du mandat de vente ?
– Mais il n’est pas question pour nous de travailler avec quelqu’un qui profite du massacre de bêtes innocentes pour se bâfrer. Vous n’êtes pas le bienvenu chez nous et veuillez immédiatement retirer toutes vos publicités concernant notre maison

Il ne reste qu’à replier bagages

Je tombe des nues, autant de virulence me laisse pantois. Je mets un petit moment à comprendre qu’il ne plaisante pas du tout. Il m’indique le chemin de la sortie sans ménagement. Je regagne donc mon auto en essayant de comprendre à quel moment j’ai merdé. Il arrive qu’il y ai des événements qui échappent à notre contrôle. Ce rebondissement m’a ouvert l’appétit, je rejoins mon collègue pour manger ensemble une magnifique côte de bœuf bien saignante. Une petite pensée pour les propriétaires au moment de plonger la lame de mon couteau dans la viande rouge. Quand j’y pense, on me l’avait jamais faite celle-là !

Les enseignements

La nature humaine est parfois curieuse, l’intégrisme sous toutes ses formes n’aide pas à progresser. Heureusement la majorité des propriétaires, s’il sont bien suivis, ne réagissent pas comme ceux-là. Cette anecdote m’a été rapportée par un confrère qui a fini par s’en remettre, il a précisé que la saveur de sa côte de bœuf ce jour-là était particulière. Même sans aboutir pour cette histoire, il est clair qu’un suivi régulier permet d’obtenir des propriétaires, des concessions qu’ils n’accorderont pas à l’agent immobilier qui se contente du service minimum.

Si vous avez aimé cette anecdote, n’hésitez pas à la partager avec vos collègues et amis. vous pouvez également me mettre une de vos expérience en commentaire.

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*